Favoriser l'auto-compassion

Activités pour développer l'auto-compassion

Auto-compassion vs estime de soi

 

L'estime de soi est définie comme "le sentiment plus ou moins favorable qu’une personne éprouve envers ce qu’elle est ou ce qu’elle croit être.  C’est donc le sentiment de la valeur de soi".

A ne pas confondre !!!

Pour avoir une bonne estime de soi, il est nécessaire de :

  • Bien se connaître (goûts, aptitudes, lacunes...)

  • Identifier ses compétences : ce que l'on sait faire, mais aussi ce que l'on ne sait pas.

  • Reconnaître son identité : ce qui nous rend unique.

  • Se faire une opinion de nous-même : qualités, défauts.

  • Prendre soin de nous : en paroles et en actions.

  • Savoir se faire respecter, trouver un équilibre entre les besoins des autres et les nôtres.

Je souhaite cependant développer ce thème en insistant davantage sur l'auto-compassion que sur l'estime de soi. 

Kristin Neff est maître de conférences au département de psychologie de l'éducation de l'université du Texas à Austin1Elle a conduit les premières recherches universitaires sur l'auto-compassion.

"L’auto-compassion est reliée au bien-être : améliorer son auto-compassion permet d’améliorer son bonheur, son optimisme, sa curiosité, sa connexion au monde, et de diminuer son anxiété, la dépression, sa peur de l’échec, ses ruminations. Elle valorise la motivation et l’initiative" de Fabien Devaugermé (C) https://www.centrepleineconscience.fr/meditation-pleine-conscience-mbsr/lauto-compassion-plutot-lestime-de-soi.

Voici un tableau intéressant qui compare les deux notions : 

 

Je vous invite à regarder la vidéo ci-contre de Fabrice Midal qui présente le livre S'aimer de Kristin Neff, et qui explique vraiment bien la notion et l'importance de l'auto-compassion.

Avec mes mots...

 

Tout d'abord, on sait que la vision que l'on a de nous-même commence à se détériorer en CE2, vers l'âge de 8 ans. C'est pourquoi, il me semble important d'enseigner l'auto-compassion aux enfants. Quand leur néocortex se développe, ils commencent à mieux comprendre, à penser au futur. Le stress et le jugement font surface à cause de la crainte. A nous de leur apprendre à contrôler ce qu'ils pensent d'eux-mêmes en recadrant le passé, en pardonnant, en se fixant des objectifs, en étant optimiste, en planifiant, en ayant des intentions. Il s'agit d'apprendre à contrôler notre esprit pour être moins durs envers nous-mêmes sans se comparer aux autres.

L'auto-compassion, c'est de l'auto-bienveillance, c'est :

  • se traiter soi-même comme on traite un bon ami,

  • accepter d'être imparfait (être humain),

  • vivre l'instant présent en utilisant la pleine conscience.

 

On pense que l'on a besoin de s'auto-critiquer pour se motiver, sinon on devient paresseux. C'est faux. Lorsqu'on s'auto-critique, on s'agresse et on est l'agresseur. 

L'auto-compassion est un comportement relié au bien-être mental. Elle permet de: 

  • diminuer la dépression et le stress

  • augmenter la motivation

  • faire des choix de vie plus sains

  • entretenir de meilleures relations avec les autres

  • prendre des responsabilités pour soi

  • favoriser la satisfaction, le bonheur.

L'auto-compassion n'est pas associée au narcissisme, ni aux comparaisons sociales. Elle permet de donner du sens à nos qualités. 

Plus on est capable d'ouvrir notre cœur à nous-même, plus on est capable d'ouvrir notre cœur aux autres.

Activités pour développer l'auto-compassion