Comprendre nos émotions

Activités pour comprendre nos émotions

Dans ce chapitre, nous préparons le terrain !!! Et oui, pour que ça pousse, il faut de la bonne terre. Apprenons ici à nommer et ressentir nos émotions, puis à les apprivoiser pour que les émotions négatives ne prennent pas trop de place dans notre vie. 

Prenons bien le temps de développer ces compétences avant d’entrer dans l’aventure des émotions positives qui fleuriront grâce à la pratique de la gratitude, au développement du sentiment d’appartenance, aux techniques de communication positive, à la méditation...

Il faut savoir qu'il existe deux types d’émotions.

D’une part, les émotions négatives, qui nous fatiguent, nous affaiblissent, nous prennent beaucoup d’énergie.

D’autre part, les émotions positives, qui elles, nous procurent du bien-être, nous revitalisent, nous conduisent vers les autres.

L’apprentissage du langage des émotions peut nous aider à surmonter un stress, gérer notre agressivité, exprimer notre bienveillance, envers nous-même et envers notre entourage.

L’enfant qui apprend le langage de ses émotions est à même d’adapter son comportement social.

Par ailleurs, un enfant qui enfouit ses émotions, ses peurs, qui ne peut pas manifester sa joie ou sa colère, n’apprend pas à tenir compte de ce que lui ou les autres ressentent. Il ne développe pas d’empathie, pas de bienveillance : ni pour lui-même, ni pour les autres.

Quand un enfant apprend à repérer ses émotions et à repérer le message envoyé par son corps, il arrive mieux à s’adapter et à comprendre ce qui compte pour lui mais aussi pour les autres.

Le mieux est de commencer à repérer nos émotions dès le plus jeune âge, de faire comprendre aux enfants et aux adolescents que les émotions peuvent être inconfortables, mais qu’elles sont la vie et qu’elles ne font que passer. Il est bon aussi de pouvoir rassurer les ados qui disent ou pensent souvent «Mais qu’est-ce qui va pas chez moi?» en leur disant qu’ils sont des être humains et que les émotions, c’est normal.

Il est important alors de savoir que l’on peut combattre les émotions négatives en pratiquant des exercices comme la méditation, la gratitude, mais aussi des exercices énergisants. Un autre facteur primordial pour augmenter les émotions positives, c’est le sentiment d’appartenance. Les professeurs ont aujourd’hui un rôle primordial à jouer pour que chaque jeune se sente accompagné, entouré, encouragé.

Les études montrent que l’homme se focalise naturellement sur les événements négatifs. Il se sent facilement affecté par les faits malheureux, alors que les événements positifs lui semblent naturels, et donc moins marquants.

Mis à part les événements très ponctuels d’une vie (un diplôme, un coup de foudre, le mariage, la naissance du premier enfant...), l’être humain ne prend plus le temps de s’arrêter sur les petits bonheurs quotidiens qui sont pourtant à la base du Bonheur avec un grand B.

La psychologie positive nous apprend à apprécier les petits bonheurs par l’utilisation de techniques simples et efficaces qui, lorsqu’elles sont devenues habituelles, nous permettent de savourer la vie.

 


 

 

Atelier du bonheur dans une classe de sixième

Activités pour comprendre nos émotions