Pourquoi dit-on que les émotions sont contagieuses?

 

Je vous invite à poser cette question à vos élèves. A les amener à prendre conscience de l'impact des émotions des autres sur nous et de nos émotions sur les autres.

 

Puis, leur expliquer que :

Lorsque quelqu’un d’aimable agit positivement envers une autre personne. Cette autre personne va être touchée par sa sympathie, ce qui va augmenter son degré de bonne humeur et donc son amabilité envers la personne qu’elle va rencontrée dans les minutes qui vont suivre. Elle va être aimable à son tour...

Cela semble évident, mais ça ne l'est pas pour tout le monde. Alors que risque-t-on à en discuter ?

Des idées d'expérimentation :

Dans les écoles américaines, des défis ont été lancés au sujet de l’amabilité. Par exemple, dans l’école de mes enfants, un intervenant est venu leur présenter l’intérêt de l’amabilité et leur a lancé le défi de diffuser des messages d’amabilité tout autour d’eux pendant deux semaines, dans le but que l’école atteigne 5000 messages d’amabilité. Leur rôle était d’incarner des ninjas distributeurs de messages oraux ou écrits dans le seul but de faire plaisir. Bon nombre d’enfants ont joué le jeu et l’ensemble de la communauté s’est vue offrir des gentillesses tout au long de ces 15 jours. Je pense que ce style de défi fonctionne particulièrement bien avec les enfants de 6 à 9 ans. Qu’avant 6 ans, les adultes ont le pouvoir d’être des modèles que les enfants admirent et à qui il faut tout simplement montrer l’exemple.

Après 9 ans, les enfants attachent plus d’importance aux regards des autres et sont aussi plus critiques, donc peuvent ne pas vouloir entrer dans le défi ou faire l’inverse. D’où l’importance de commencer dès le plus jeune âge en montrant l’exemple de la gentillesse et en leur proposant d’essayer car ça fait plaisir aux autres, mais aussi à soi-même.

 

Une autre idée permettant aux plus grands de recevoir des gentillesses est de disposer une boite dans la classe avec une multitude de petits messages positifs impersonnels que les enfants peuvent piocher quand ils en ressentent le besoin.

Et surtout, montrez-leur la vidéo "Kindness boomerang" qui est un excellent support à la discussion.